Le groupe
Biographie :

Ad Infinitum est un groupe de metal symphonique suisse formé en 2018 et actuellement composé de : Melissa Bonny (chant / Malefistum, Rage Of Light), Jonas Asplind (basse / Follow The Cipher, Orphan Gypsy, ex-Hostile, Curse Of Cain, ex-Mary Fay, ex-Ninja Dolls), Niklas Müller (batterie / Devilizer, Blue Label, Fallen After Midnight, MI_Fisto) et Adrian Thessenvitz (guitare / Schwarzlicht). Ad Infinitum sort premier album, "Chapter I: Monarchy", en Avril 2020 chez Napalm Records.

Discographie :

2020 : "Chapter I: Monarchy"


La chronique


Mais qu’entends-je donc ici ? Un groupe de metal symphonique avec chanteuse ? Mais que cela est impressionnant ! Cette réaction, je l’ai eue il y a maintenant vingt-deux ans lors de ma première écoute du majestueux "Oceanborn" de Nightwish. Beaucoup d’eau s’est maintenant écoulée sous les ponts depuis la sortie de cet album phare. Les formations du genre pleuvent maintenant à la tonne et il peut parfois être fastidieux de s’y retrouver. Directement de Suisse nous vient donc Ad Infinitum qui nous présente ici son tout premier album. De prime abord, je dirais qu’il s’avère plus que difficile pour un groupe évoluant dans ce style d’innover et de sortir du lot. Quand est-il donc d’Ad Infinitum ? Disons seulement que le titre de l’album porte bien son nom, car s’il s’avère que "Chapter I" n’est que le début d’une longue saga, clairement l’auditeur est prêt pour une relecture du genre fort intéressante.

En effet, la première chose qui ressort de cet album est son dynamisme. Empruntant toutes les influences du style, incorporant des passages plus modernes et des voix harsh reprenant la structure "Amaranthe", Ad Infinitum a clairement fait ses devoirs et démontre qu’il est ici pour laisser sa marque et faire sa place dans le déjà populeux monde du metal symphonique. Autre qualité de ce premier album : sa durée. Faisant dans les 43 minutes, "Chapter I: Monarchy" n’ennuie jamais l’auditeur et son contenu, plus que dense, tient tout le long en haleine. Il est fou de constater combien les membres du groupe ont su concocté autant de contenu dans un si petit contenant. Dans les petits pots, les meilleurs onguents.

Affublé d’une production sans faille, puissante et claire, laissant respirer tous les instruments, y compris les excellentes orchestrations, "Chapter I: Monarchy" se démarque de par son côté résolument plus sombre, comme une sorte d’Evanescence à saveur symphonique ("See You In Hell"). L’amateur de power metal ne sera pas en reste non plus puisque l’album regorge d’hymnes typiques du genre, le tout fait de manière intelligente et recherchée, comme en témoigne la progressive et puissante "I Am The Storm" qui rappelle l’excellent deuxième album de Dawn Of Destiny, "Rebellion In Heaven".

Les arrangements, multiples et variés, sont la clé de voûte de cet album. "Chapter I: Monarchy" regorge de changements de tempo, de couches sonores et d’atmosphères, le tout dans un amalgame savamment orchestré. Et lorsque le groupe se permet de lever le pied de l’accélérateur, n’ayez crainte, cela a pour résultat la touchante et intelligente power ballad "Fire And Ice", laissant toute la place à la plus que fabuleuse Melissa Bonny au chant, qui démontre l’étendue de son talent, au travers de lignes mélodiques superbes et nettement travaillées. Étant moi-même chanteur à mes heures, je suis plutôt sensible aux mélodies, et une pièce comme "Live Before You Die" ne peut que ravir le plus pointilleux des amateurs. Bonny navigue au travers de cette pièce avec une souplesse et une aisance, que seules les grandes chanteuses savent maîtriser.

Le danger d’un aussi imposant premier album est l’incapacité pour certaines formations d’atteindre à nouveau un tel niveau de qualité. Souhaitons que les prochains chapitres qui constitueront l’histoire d’Ad Infinitum permettront ainsi d’obtenir une romanesque épopée que l’on louangera encore vingt-deux ans plus tard.


Mathieu
Juillet 2020


Conclusion
Note : 17/20

Le site officiel : www.adinfinitumofficial.com