Le groupe
Biographie :

Énergiques, hargneux, motivés, avec une centaine de concerts au compteur (en France, Allemagne, Pologne, Luxembourg et Italie), les Iron Bastards écument les clubs, bars et festivals au même rythme que leur musique. En studio, les Bastards suivent la même cadence : trois EPs ("Boogie Woogie Sessions" et "Wasteland" en 2014, "Rock’N’Roll Strikes Back" en 2015), un premier album ("Boogie Woogie Violence" en Septembre 2015) et un EP Live ("Keep It Fast" en Décembre 2015). En 2016, Iron Bastards signe chez FDA Records (Allemagne) et sort en Décembre "Fast & Dangerous". "Cobra Cadabra" sort en Mai 2019 chez Hell Prod.

Discographie :

2014 : "Boogie Woogie Sessions" (EP)
2014 : "Wasteland" (EP)
2015 : "Rock’N’Roll Strikes Back" (EP)
2015 : "Boogie Woogie Violence"
2015 : "Keep It Fast" (EP)
2016 : "Fast & Dangerous"
2018 : "Keep It Fast ! Live In London" (Live)
2019 : "Cobra Cadabra"


Les chroniques


"Cobra Cadabra"
Note : 16/20

Les Bâtards de Fer sont de retour ! Pour le synopsis, c’est un peu comme le Trône de Fer sauf que personne ne se tape sa soeur et que les dragons restent à la maison au profit de serpents moins encombrants. Autant de poudre aux yeux pour annoncer la chronique imminente du troisième (si on épargne le live) album de la plus londonienne des troupes strasbourgeoises. (A)"Cobra Cadabra", album révèle-toi !

Avec un début en trombes qui n’est pas sans rappeler les Tyger Of Pan Tang (mais en version reptile ici), Iron Bastards s’avère bien plus rocailleux et Lëmmysien que les premiers cités. Old school alors même que le groupe n’a pas dix ans de carrière, les décibels croqués par le venin d’Iron Bastards ont retenu toutes les leçons de leurs aïeux. Quant au fait qu’Iron Bastards sont les gendres illégitimes de Mötorhead, plus d’un en mettrait sa main à couper et très peu de phalanges seraient perdues. Ce qui, finalement, n’augure que du bon pour l’album ! Ladite chose proposant en onze titres un son aussi agressif que entrainant et varié que, succinctement, langoureux. Pour le reste, les potards parlent d’eux-mêmes : l’époque actuelle est bien trop moderne, c’était mieux avant. Et le pire là-dedans ? C’est que l’oreille pourrait s’y méprendre, peut-être a-t-elle mis le doigt sur un album oublié du groupe au Snaggletooth ("Bad Dream", "Speed Machine", "Feel It In Your Bones").

Si le groupe gagnerait certainement à se détacher de ses influences flagrantes, "Cobra Cadabra" est une excellente application de ces influences justement. À défaut de défroisser ta chemise et de déborder d’une patte atypique, cet album te repasse une bonne dose de rock’n’roll 80’s qui pue la clope, les filles de joie et le mauvais whiskey. En termes plus contemporains : un très bon album qui a toute sa place pas loin de l’étagère des classiques du genre !


Rm.RCZ
Novembre 2019




"Fast & Dangerous"
Note : 18/20

Les Strasbourgeois d'Iron Bastards sont de retour avec leur second album "Fast & Dangerous", toujours autant rock'n'roll. Le titre a été très bien trouvé car cet opus est vraiment rapide et dangereux.

A l'écoute de cette second galette? il va falloir faire très attention de ne pas s’arracher les cervicales, dans la plus pure tradition des bons et regrettés Motörhead, les influences du célèbre trio sont d'ailleurs omniprésentes. Mais attention, ils ne font pas juste du copier-coller, ils sont leurs dignes successeurs comme peuvent l'être les fameux Airbourne avec AC/DC.

"Fast & Dangerous" vous redonnera le patate, vous donnera envie de l'écouter à fond et de faire chier vos voisins fans de Jul, Maître mes Couilles et toute cette merde de musique pop. Balancez leur "The Princess And The Frog" et ils verront ce que c'est qu'un vrai morceau de musique, et surtout un vrai solo de guitare qui est a coupé le souffle avec du taping en veux-tu-en voilà. Et ça ne s’arrête pas là, les 10 titres ne nous laissent pas une minute de répit, ils envoient tous la sauce à 200 à l'heure. "The Wise Man" est un peu plus bluesy mais ce sera le seul moment de calme auquel vous aurez droit car ça repart direct derrière avec un "Born On The Wrong Side" heavy à souhait.

Le groupe aura l'honneur d'ouvrir pour un certain Phill Campbell ce 21 Juin à la Fête de la Musique à Nancy, j'ai même entendu dire qu'ils devaient jouer un morceau ensemble, je ne sais pas si cela se produira mais je souhaite que ce pari fou soit une pleine réussite pour ce trio dont, j'en suis sûr, on n'a pas fini d'entendre parler.


Ced
Juin 2017




"Keep It Fast"
Note : 18/20

Hey les gars, ça vous dirait une bonne chope de rock'n’roll ?! Eh bien vous allez être servis, croyez-moi ! Voici que nous débarque Iron Bastards de la belle ville de Strasbourg avec son premier album "Boogie Woogie Violence". Premier album mais pas premier essai puisque le groupe a sorti en 2014 coup sur coup deux EPs, les bien nommés "Boogie Woogie Sessions" en Février et "Wasteland" en Septembre. Mais voilà, le temps du premier album étant venu, c’est fort des deux EPs réunis (un remasterisé, l’autre réenregistré) et de cinq nouveaux titres que Iron Bastards se présente à nous avec "Boogie Woogie Violence". Ah j’oublie, comme on est très gourmand et comme on adore le bon gros rock'n’roll burné, on a droit à 3 titres live ! Non mais franchement, elle n’est pas belle la vie ??

Pour les présenter, Iron Bastards c’est un power trio (ça ne vous rappelle pas un sacré groupe la formule à trois ??) formé par David Bour au chant et à la basse, de David Semler à la guitare et enfin d’Anthony Meyer à la batterie. Cette joyeuse bande d’Alsaciens en liberté nous assène un bon gros rock'n’roll entre Motörhead et... Motörhead dont les références, les clins d’œil sont omniprésents, mais attention chez les Bastards on ne copie pas bêtement, on crée son monde, son univers, et ça donne un résultat décapant qui donne une pêche d’enfer. Il y a longtemps que je n’avais pas autant trippé comme un débile sur un disque. Vous avez un coup de pompe ? Vous vous sentez fatigués ? Pas de panique, il y a Iron Bastards et son "Boogie Woogie Violence" qui va vous 1) redonner la pêche et 2) vous redonner le sourire, croyez-moi, les amis.

Si l’on fait les comptes, "Boogie Woogie Violence" ce n’est ni plus ni moins que 18 titres avec lesquels on en prend plein les gencives. A l’écoute de "Boogie Woogie Violence", il n’est pas du tout étonnant que le groupe ait déjà donné plus de 70 concerts ! La musique de Iron Bastards est un concentré de pêche, de vitamines, de rock'n’roll, on les tient nos Superchrist français ! Bah moi, quand j’écoute Iron Bastards, c’est un peu ça, Motörhead qui a donné un coup de rein à Vulcain mais surtout un coup de boule à Superchrist ou encore The Rocking Dildos. Vous voyez le genre ? C'est de la dynamite ! Les cinq nouveaux titres sont de la trempe de ce que le groupe sait faire : du rock'n’roll et rien que du rock'n’roll, on trippe à mort sur des titres comme "Jungle Speed", "Pancho Villa" chanté en anglais et en espagnol ou le très explicite "Rock This Place". Bon, les amis, on va faire simple : direction le site web du groupe et soutenez moi ce put*** de groupe de la mort qui tue. Une sacrée baffe sur la joue droite !


Vince
Avril 2016


Conclusion
Le site officiel : www.ironbastards.com