Le groupe
Biographie :

Memoriam est un groupe de death metal anglais formé en 2016 et actuellement composé de : Frank Healy (basse / Benediction, Sacrilege, ex-Napalm Death, ex-Cerebral Fix), Andrew Whale (batterie / ex-Colostomy, ex-Bolt Thrower, ex-Drop Dead, ex-Urban Chaos), Scott Fairfax (guitare / ex-Cerebral Fix, ex-Exploder, ex-Anal Back Charge, ex-Life Denied) et Karl Willetts (chant / ex-Bolt Thrower). Memoriam sort son premier album, "For The Fallen", le 24 Mars 2017 chez Nuclear Blast, suivi de "The Silent Vigil" en Mars 2018.

Discographie :

2017 : "For The Fallen"
2018 : "The Silent Vigil"


Les chroniques


"Mark Of The Necrogram"
Note : 18/20

Alors que Bolt Thrower s’est arrêté avec le décès de son batteur, Karl Willetts (chant) ne voulait pas en rester là. Il recontacte alors Andrew Whale (batterie, ex-Bolt Thrower), mais aussi Scott Fairfax (guitare, Benediction, ex-Cerebral Fix) et Frank Healy (basse, Benediction, Sacrilege, ex- Anaal Nathrakh, ex- Napalm Death) afin de l’accompagner dans sa croisade. Il révèlera un peu après la création du groupe que c’est un hommage à Martin “Kiddie” Kearns (ex- Bolt Thrower, décédé en 2015). Le groupe sort très rapidement démos, EP et le premier album en 2017, qui était une pure merveille de death old school. "The Silent Vigil", le second, est exactement dans la même veine.

C’est "Soulless Parasite" qui ouvre l’album, et on retrouve très exactement le même son que sur l’album précédent, ainsi que sur les dernières oeuvres de Bolt Thrower, ainsi que la voix éraillée de Karl Willetts . Entre deux breaks où la basse tient un rôle proéminent, son chant si particulier vous replongera quinze années en arrière, sur une rythmique énervée mais pas trop. Le groupe a ensuite choisi "Nothing Remains" pour continuer et nous asséner cette fois un vrai coup de crosse en pleine tronche. Si l’introduction ne paye pas de mine, la rythmique qui suit est très probablement l’une des plus puissantes de l’album. Quelques coups d’harmoniques pour réhausser le tout, et voilà que vous allez headbanguer tout seul dans votre salon. Le break du milieu permet de relancer un peu la machine, mais c’est "From The Flames" qui prendra la suite. Ici encore, l’expression “C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes” prend tout son sens. Le son old school bonifie clairement les riffs peuplés de parties lead qui sonnent un peu moderne, mais le son gras reprend le dessus. "The Silent Vigil", le titre éponyme, est très différent du reste de l’album. Si l’introduction est surprenante, laissez-moi vous dire que ce morceau qui dure à peine plus que deux minutes arrive enfin sur une rythmique death metal. Cependant, il me semble que c’est plus un titre dédié à Kiddie qu’une réelle composition destinée à retourner les foules comme "Bleed The Same" par exemple. Alors qu’un clip est sorti pour ce titre, on peut y entendre des samples de discours entre deux refrains. Et ce refrain… C’est tout simplement l’un des plus planants que j’ai entendu dans le death metal depuis des lustres. On revient sur de la violence pure et dure avec "As Bridges Burn" et sa rapidité. Les riffs tranchants de ce titre lui permettent d’acquérir un groove indéniable, mais surtout de toucher un public plus large que les seuls amateurs de death old school.

Pour "The New Dark Ages", j’ai réellement l’impression d’entendre du Bolt Thrower. La même composition rythmique, le même entrain, le même départ canon, les mêmes breaks… C’est une véritable résurrection à laquelle on assiste ici, pour notre plus grand plaisir. Plus longue, mais aussi plus lente, "No Known Grave" et sa rythmique que certains pourraient considérer comme vieillie séduira probablement les amateurs des premiers albums qui ont participé à façonner le death metal comme on le connaît actuellement. Le chant de Karl, mi parlé mi hurlé, colle parfaitement à ce type d’ambiance, et l’homme s’en donne à coeur joie. La longueur du titre lui permet de développer un véritable univers propre avant d’aboutir au dernier titre, "Weaponised Fear". Le calme de Karl donne à ce titre, pourtant plus sombre et plus martial, une atmosphère particulière, sur un sujet d’actualité.

Si le groupe n’innove pas à proprement parler, c’est par choix de rester ancré dans ce qu’il sait faire de mieux : un death old school gras, puissant, mais surtout qui touche. Le bagage musical des membres du groupe leur permet d’aligner composition sur composition dans les mêmes tonalités, mais sans jamais laisser un seul titre de Memoriam sonner comme le précédent.


Matthieu
Février 2018




"For The Fallen"
Note : 18,5/20

Le death metal est une famille unie. Lorsque Martin "Kiddie" Kearns (ex-Bolt Thrower) décède en 2015, ses amis et sa famille sont dévastés. C'est alors que Karl Willetts (chant, ex-Bolt Thrower) réunit Frank Healy (basse, aussi présent dans Benediction, Sacrilege, ex-Napalm Death, ex-Anaal Nathrakh, ex-Cerebral Fix), Andrew Whale (batterie, ex-Bolt Thrower, ex-Colostomy) et Scott Fairfax (guitare, aussi présent dans Benediction, ex-Cerebral Fix) pour lui rendre un vibrant hommage sous le nom de Memoriam. Cette alliance a lieu à Birmingham en Angleterre, et le death metal est à l'honneur. Une première démo sort en 2016, suivie d'une deuxième début 2017 pour finalement aboutir à "For The Fallen", le premier album de cette formation. Les fans de Bolt Thrower sont bien évidemment déjà tous au courant, mais si vous avez raté l'information, laissez moi vous dire que ces vétérans du style n'ont pas fait les choses à moitié... En joue, feu !

Le riff d'introduction de "Memoriam", le premier titre, indique clairement que les influences du death old school sont suivies à la lettre. Un son gras, lourd, violent mais à la fois maîtrisé. On retrouve donc une rythmique simple, mais entraînante, et un Karl Willetts d'une forme olympienne. "War Rages On" débutera avec un sampler qui mènera à une guitare lead inquiétante et une rythmique très rapide. Quelques harmoniques bien placées rythmeront cette composition dont le seul et unique but est de briser des nuques. Si vous souhaitiez une composition plus aérienne et lourde, vous pouvez passer à "Reduced To Zero". Plus lent, mais également beaucoup plus puissant, ce titre est à mon avis l'enfant illégitime qu'auraient eu Bolt Thrower et Benediction pendant une soirée doom / death. "Corrupted System" reviendra sur un riff plus énervé, et une batterie assommante pour sublimer le tout, alors que "Flatline" jouera sur la vitesse et la longueur de la composition pour parvenir à son but. En effet, cette chanson allie une double pédale récurrente avec des riffs incisifs qui deviennent rapidement entraînants.

La rythmique s'enflamme à nouveau avec "Surrounded (By Death)", qui reprend quelques harmoniques pour donner un ton différent à ce titre, qui me fera largement regretter l'arrêt de Bolt Thrower, tellement les influences sont présentes, avec un solo rapide en milieu de composition. "Resistance" reprendra également les codes du death metal au son pur, tel qu'il a été créé il y a de ça plus de trente ans maintenant. Une fois encore, c'est un solo rapide qui prendra le pas pour donner une petite accélération bienvenue au titre. Le dernier morceau, "Last Words", commence avec un riff inquiétant qui approche avant d'exploser littéralement pour un titre qui représente à lui seul toute l'intensité de l'hommage que rendent les musiciens à leur camarade décédé, et ce pendant près de neuf minutes. Le titre finira sur un sampler qui illustre parfaitement un combat au front avant de relancer les instruments pour l'estocade finale.

Memoriam..., "La mémoire" en latin. C'est ainsi que les quatre musiciens ont décidé de nommer ce projet, pour se souvenir de Martin "Kiddie" Kearns à tout jamais, avec cet album puissant. Si sur scène le groupe reprend du Bolt Thrower, il possède maintenant une identité propre. Karl Willetts n'a rien perdu de sa superbe, et on espère voir le groupe revenir creuser quelques tranchées sur nos terres afin de nous laisser prendre part à cette cérémonie.


Matthieu
Mars 2017


Conclusion
L'interview : Andrew Whale

Le site officiel : www.memoriam.uk.com