Le groupe
Biographie :

Red Dead est l’association de quatres musiciens situés au Pays Basque, c’est aussi et surtout l'histoire d'un personnage, dont les aventures constituent le fil conducteur de leurs compositions. Plongez dans un univers et dans celui de d'un martyr de l'humanité. Découvrez comment ce dernier, créature hybride entre un humain et une entité chimérique, va s’extraire d’une vie sordide, pour découvrir des pouvoirs dont il ne mesure pas encore la dimension. Chaque morceau est un moment de la vie de Red.

Discographie :

2012 : "I Have Worn Thee" (EP)
2014 : "Live" (EP)
2017 : "Therapy Of The Evil"
2020 : "Forest Of Chaos"


Les chroniques


"Forest Of Chaos"
Note : 17,5/20

Un groupe qui s’appelle Red Dead, ça sonne pas super original, et, en ce qui me concerne, ça renvoie de suite à Red Dead Redemption, c’est le côté geek qui parle. J’ai un sentiment similaire par rapport au titre de l’album "Forest Of Chaos", loin d’être original. La pochette en revanche, a un certain impact, avec cette superbe illustration qui représente un malade mental bodybuildé qui tient une hache ensanglantée (le même qui découpe un corps en morceaux sur le premier album), avec ses deux clebs enragés en soutien. Au dos du digipack, une maison de bois, genre Evildead, rappelle l’illustration du skeud "Chainsaw Dismemberment" de Mortician. L’équation vieille forêt / maison abandonnée fonctionne plutôt bien sur mon imaginaire, fans de macabre, vous êtes servis.

Comme précisé en introduction de cette chronique, l’originalité n’est pas au rendez-vous visuellement, et il faut le reconnaître, la musique subit le même sort mais bon, Red Dead s’applique tellement à nous détruire les cages à miel avec son gros death-thrash old school qu’on peut bien leur excuser de ne pas être dans la hype. Le trio frenchy dégage une incroyable énergie, un son profond et puissant, et les compositions proposent des riffs certes déjà entendus mille fois, mais terriblement distractifs. Le manque de nuance qui transparaît pendant les 40 minutes de l’album n’est en rien gênant, tellement la ferveur dégagée au sein de ce metal de la mort prend aux tripes. D’un point de vue technique, les mecs savent jouer, même si ce n’est pas parfait car il subsiste quelques décrochages, du genre la batterie qui fait des breaks approximatifs ou des déphasages de guitare, mais, encore une fois, on s’en balance de ce genre de détails, tant que ça bourrine sec ! Le groupe propose des riffs qui, mine de rien, restent assez mélodiques et développent à la fois le gras dont on a besoin, et l’atmosphère menaçante nécessaire au bon développement de ce genre de musique. Le chant est vraiment de très bonne facture, avec ce grain rageux et cette profondeur caverneuse qui ravira tout fan de Cannib’ période Chris Barnes. En fait, ce groupe est un excellent hommage à la scène death des 90’s. Les 12 titres entretiennent une virulence implacable, ça cogne, ça gueule, ça turbine, ça ronfle grâce à une basse présente et précise. Les moments les plus down-tempo sont délicieux (attardez-vous sur le titre "Antidote Trap", purement génial) et on ressent à chaque seconde toute la rage et l’envie d’en démordre de ces musiciens de l’apocalypse.

Finalement, "Forest Of Chaos" est un disque homogène, tant au niveau du visuel que de la musique, en véritable bûcheron timbré et complètement psycho, Red Dead assène l’auditeur de coups incessants, on peut y percevoir un petit plaisir malsain de vouloir faire du mal et ça, c’est plutôt ce que l’on attend d’un skeud de metal. Les tracks sont tous excellents, pas originaux, mais excellents, On y entend du Six Feet Under, du Cannibal Corpse et même du Testament (oui, vous avez droit à un petit plagiat riffesque de l’intro d’"Into The Pit" de la bande à Chuck Billy sur "Epidemic Fangs"). La thématique pièges et forêt, en gros l’association mort et nature, c’est vraiment cool et ça marche bien ! Ce disque mérite vraiment que l’on s’y attarde et les fans de death metal ne peuvent pas ne pas l’aimer, foncez !!!


Trrha’l
Mars 2020




"Therapy Of The Evil"
Note : 15/20

Encore un groupe de death old school français signé chez Great Dane Records et cette fois c'est Red Dead qui nous amène son premier album "Therapy Of The Evil" après deux EPs. Au vu du nom du groupe, du titre de l'album et de la pochette, on se doute que ça va être du gras qui tâche.

Après un petit solo de tronçonneuse et un arrachage de barbaque, c'est le morceau éponyme qui ouvre la danse avec quelques arpèges malsains histoire d'installer une ambiance bien glauque. Une fois "All Hallows Evening" débarqué, ça devient effectivement très gras, les guitares sont bien sales comme on les aime et les riffs fleurent bon la couenne. Red Dead se situe clairement dans une veine old school comme je le disais plus haut, les influences affichées étant les anciens Cannibal Corpse, anciens Obituary, Sepultura et Massacra. Quelques sonorités plus thrash viennent effectivement pointer le bout de leur nez, pour le reste c'est du death gras et efficace loin des excès de vitesse musicaux actuels. Même la production a un côté volontairement un peu vieillot, là encore un gros pied de nez à la scène actuelle qui privilégie des sons faiblards, synthétiques et d'une propreté à toute épreuve. Chez Red Dead il y a encore du sang séché sur les murs, on met parfois le pied dans des substances non identifiées et personne ne s'en soucie. Les morceaux sont pour la plupart assez courts, entre trois et quatre minutes, de quoi aller à l'essentiel et garder un côté assez brut et direct. Si Red Dead n'est pas un adepte des blasts supersoniques et donne dans un death assez puissant et dont le tempo rappelle plus Bolt Thrower (flagrant sur "Brewer Of Death") que Cannibal Corpse, il n'en reste pas moins que certains morceaux envoient du bois, "Vengeance" par exemple qui rue bien plus dans les brancards.

"Therapy Of The Evil" s'adresse donc clairement aux vieux de la vieille, les jeunes risquant de ne pas comprendre où le groupe veut en venir s'ils n'ont été biberonnés qu'au death ultra speed et technique produit de nos jours. La technique ici ne s'exprime que peu, laissant la place à l'efficacité et au groove propre au death des anciens. C'est direct mais jamais ultra brutal, varié mais jamais trop technique, bref c'est du death metal pur et dur sans les excès de la plupart des groupes qui sévissent de nos jours. On sent le côté sanglant plus que malsain des influences revendiquées, le premier Cannibal Corpse en tête même si Red Dead n'est jamais aussi bourrin. Nous ne sommes pas ici en présence d'un groupe à la musique putride évoquant les caveaux humides mais bien en présence d'une bande de bouchers qui aiment décorer le salon avec des giclées de sang. Ceux qui attendent un death malsain et diabolique ne sont évidemment pas tombés sur le bon client, Red Dead, comme son nom l'indique, voit rouge et préfère balancer de la bidoche du sol au plafond. En tout cas, "Therapy Of The Evil" fait le boulot et même si on sent un potentiel qui pourrait encore plus se développer en se lâchant un peu, c'est tout de même pas mal pour un premier album, le groupe a le temps d'évoluer et de proposer quelque chose d'encore plus percutant.

Premier album plutôt sympa et efficace dans le genre qui plaira aux anciens du death metal, on sent que le groupe peut encore faire mieux mais pour un premier essai c'est honnête. On va donc attendre la suite et suivre Red Dead d'un oeil attentif histoire de ne pas louper la prochaine dose de death old school et grassouillet.


Murderworks
Mai 2018


Conclusion
Le site officiel : www.reddeaddeathmetal.wixsite.com/official