Le groupe
Biographie :

Skálmöld est un groupe islandais de viking metal formé en 2009, dont les membres proviennent tous de milieux musicaux différents. La musique mêle des influences folk et metal, et les textes reprennent la tradition poétique Islandaise. Début 2010, le groupe enregistre une courte démo qui ne sera pas commercialisée, puis un premier album, "Baldur", et quelques mois plus tard, il signe un contrat avec le label féroïen Tutl qui distribue l'album en Islande et dans les Iles Féroé. En 2011, Skálmöld est signé par le label Napalm Records, qui distribue "Baldur" à l'échelle internationale. En Avril 2012, Skálmöld a débuté l'enregistrement de son deuxième album "Börn Loka" qui sort le 26 Octobre 2012. En Novembre 2014, Skálmöld sort son trosième album, "Með Vættum", toujours chez Napalm Records. "Vögguvísur Yggdrasils", le quatrième album, sort en Septembre 2016. "Sorgir" sort en Octobre 2018.

Discographie :

2010 : "Baldur"
2011 : "Baldur" (Réédition)
2012 : "Börn Loka"
2014 : "Með Vættum"
2016 : "Vögguvísur Yggdrasils"
2018 : "Sorgir"


Les chroniques


"Sorgir"
Note : 14,5/20

Plus besoin de présenter Skálmöld qui est maintenant devenu un groupe majeur de viking 0 /folk metal. Après un accident au pouce du guitariste, le groupe n’a pu faire de concerts et d’enregistrements depuis un certain temps. Mais cette époque est révolue, et deux ans après le dernier album, nous avons là une musique beaucoup plus sérieuse. Pénétrons maintenant dans la neige épaisse de "Sorgir" !

Dès la première écoute, on peut sentir l’inspiration des premiers albums d’Ensiferum, elle fait mouche dans "Ljósið" et "Sverðið". C’est à dire des riffs qui vous donnent envie de prendre vos épées, et de combattre dans je ne sais quel champ de bataille ou fête médiévale. Les choeurs aussi sont bien orchestrés et virulents. Cela me ferait presque penser à la chanson "Twilight Tavern" d’Ensiferum, qui a bercé mon adolescence. Evidemment le groupe ne fait pas que du copier-coller et pose sa patte dans une ambiance plus sérieuse. Comme si on arrivait à comprendre à travers les paroles en islandais le désespoir d’un voyageur ou de soldats marqués par la guerre. On ressentira même un léger côté black metal à travers la chanson bonus "Höndin Sem Veggina Klórar". Est-ce potientiellement un léger virage à prévoir dans leur musique, comme Cruachan l’a fait auparavant ? Seul l’avenir nous le dira.

Par contre, je ne peux m’empêcher de ressentir une certaine redondance dans l’album. Beaucoup trop de riffs identiques sont utilisés et l’ambiance est constante. Et puis on peut tomber parfois dans un vrai gloubi-boulga de mélodies qui ont du mal à s’accorder entre elles. Notamment dans "Gangári", où on peut discerner à la fois des moments power, death et heavy old school. Cette nouvelle sortie fera, je pense, plaisir aux non-initités de l’univers folk / pagan metal. Pour résumer, c’est un bon album de Skálmöld mais pas assez marquant pour que je puisse le réécouter plusieurs fois.


Pierre
Novembre 2018




"Vögguvísur Yggdrasils"
Note : 15/20

Après un "Með Vættum" un peu décevant par rapport à ses prédécesseurs, c'est avec une certaine appréhension que j'attendais d'écouter le nouvel album des Islandais de Skálmöld. Heureusement, après avoir redécouvert et apprécié les morceaux de ce troisième album en live, j'ai vu apparaître une lueur d'espoir... Pour autant, nos vikings vont-ils réussir à redresser la barre avec ce "Vögguvísur Yggdrasils" ? A en juger par l'artwork plus sombre, j'ai le sentiment qu'un changement est en train de s'opérer... Pour le meilleur ou pour le pire ? Cela reste à déterminer, mais vous devriez avoir de quoi éclairer votre lanterne en fin de chronique... En attendant, je suis maintenant prêt à en découdre et à me replonger au cœur de la mythologie islandaise ! Qui m'aime me suive...

On attaque avec "Múspell", morceau étonnamment plus extrême et sombre qu'à l'accoutumée ! On reconnaît pourtant immédiatement le style Skálmöld, surtout avec l'arrivée du chant de Björgvin, doublé par les hurlements si particuliers de Baldur... Pourtant, un changement s'est effectivement opéré, ne serait-ce qu'au niveau du son, peut-être plus compact et brut de décoffrage ! Et malgré tout, les mélodies sont toujours bien présentes, les riffs parfaitement étudiés pour vous faire headbanguer aussi, ainsi que les magnifiques solos d'Arni et les chœurs masculins particulièrement redoutables... Bref, les ingrédients restent fondamentalement les mêmes, mais la recette a quand même quelque peu changé, et à ce stade, c'est pour moi véritablement pour le meilleur, ce qui augure un album des plus intéressants ! En tout cas, Skálmöld nous propose ici un titre d'ouverture résolument guerrier et empreint d'une certaine nostalgie qui fonctionne à merveille, au-delà même de toutes mes espérances... En sera-t-il de même pour la suite ?

On enchaîne avec "Niflheimur", morceau mid-tempo plutôt axé sur la lourdeur. Bien que plus classique, l'atmosphère générale est plutôt sympathique, à l'image des chœurs discrets et pourtant tellement bien sentis... Et que dire de la performance de Gunnar toujours au top quand il s'agit de chant lyrique à tendance viking ? Ainsi, ces petits plus ici et là, à l'image encore une fois du solo purement heavy metal, font oublier que ce titre n'est certainement pas le plus intéressant de la discographie du groupe islandais... En fait, on a la sensation d'être parmi une troupe de fiers vikings, à bord d'un puissant drakkar et prêts pour de nouvelles conquêtes, mais calmés dans leurs ardeurs par un cruel manque de vent ! Le navire vogue alors calmement sur une mer d'huile et laisse ainsi l'esprit de nos guerriers vagabonder... Pas désagréable en soi mais on espère tous que ce ne soit que le calme avant la tempête ! Eh oui, le premier titre était tellement prometteur qu'on devient exigeant : on en veut plus !

Place à "Niðavellir", titre découvert par le biais d'une lyrics video plutôt originale où l'on voit chaque membre du groupe, filmé au téléphone portable, écouter le titre tout en se promenant sur une plage d'Islande... Et autant vous le dire tout de suite, il s'agit d'ores et déjà du tube de ce nouvel album ! Un morceau dans la plus pure tradition du genre, groovy, épique, avec une mélodie très typée folk et une puissance de chaque instant : bref, un titre en tout point taillé pour le live ! Parfaitement entraînant grâce à cette petite mélodie insidieuse, il sait aussi nous offrir un riff idéal pour se briser la nuque et les cervicales, un autre typiquement heavy metal qui ravira les plus anciens, et des chœurs qui feront bomber le torse de tous les guerriers du monde ! Comment enchaîner alors après une telle débauche d'énergie positive ? Car tel est bien le problème de tels morceaux : les suivants sont souvent bien fades et ennuyeux... Espérons alors que Skálmöld ne soit pas victime de sa propre fougue !

Le morceau suivant s'intitule "Miðgarður" et commence par une mélodie de guitare jouée sur fond de brasier. Heureusement, la suite va s'avérer plutôt énergique et groovy, et même si l'intensité n'est pas la même que sur le morceau précédent, la baisse de régime n'est pas si difficile à gérer ! Ce titre bénéficie d'un côté un peu désuet et d'une mélodie pleine de fraîcheur, ainsi, encore une fois, que d'un solo lumineux... Il ne fait certes par partie des indispensables, mais sa place sur l'album est parfaitement stratégique, permettant de calmer le jeu sans jamais ennuyer ! On peut ainsi repartir sur de bonnes bases avec un "Útgarður" tout en lourdeur et puissance. Le genre de morceau dont la rythmique semble calée sur le son des marteaux confectionnant des armes au seins d'une forge... Là encore, à l'instar du premier titre, l'atmosphère générale semble plus sombre et sulfureuse, et ce pour notre plus grand plaisir ! Skálmöld parvient ainsi à nous offrir un visage un peu différent tout en restant en terrain connu comme lorsque Gunnar impose sa voix magique... Bref, que du bon !

"Álfheimur", quant à lui, joue ici plus un rôle de ballade ! En effet, ce titre est particulièrement lent et fait la part belle aux mélodies des guitares qui, à trois, font un travail magnifique. Malheureusement, cette baisse d'intensité n'est pas toujours du meilleur effet, offrant ici et là quelques longueurs tout à fait dispensables... L'arrivée du chant et des chœurs va heureusement partiellement sauver ce titre du naufrage, mais l'ennui va quand même rapidement s'installer devant ce qui s'apparente à un cruel manque d'inspiration ! Heureusement, les Islandais ont plus d'un tour dans leur sac et "Ásgarður" va rapidement redorer leur blason. Une bonne rythmique, une sympathique mélodie et le chant tout en justesse de Gunnar : il n'en faut pas plus pour faire frissonner de plaisir le viking qui sommeil en chacun de nous ! Et que dire de la formidable montée en puissance arrivant au milieu du morceau et apportant une fois n'est pas coutume une dimension extrême insoupçonnée ? D'autant quelle ouvre sur un nouveau solo de Arni en tout point imparable. Une vraie réussite !

On poursuit avec "Helheimur", titre le plus court et le plus rapide de ce nouvel album ! Le riff principal est tout simplement excellent, la rythmique taillée pour la scène est étudiée pour faire un maximum de dégâts dans les pogos, et le refrain, bien qu'assez simple, fonctionne à merveille, appuyé par les cris de Baldur. Skálmöld nous offre encore une fois un visage différent et on ne peut plus intéressant de par son aspect guerrier et sa dimension typiquement metal ! De quoi amener sur un plateau le dernier morceau de ce "Vögguvísur Yggdrasils" intitulé "Vanaheimur". Un morceau orienté mid-tempo et plutôt émotionnel nous offrant un excellent duo de voix avec le chant guttural de Björgvin et celui de Baldur, cette fois-ci quasiment black metal, qui devrait à mon humble avis être plus utilisé en ce sens ! Et que dire des chœurs qui contribuent une nouvelle fois à la puissance évocatrice du titre ? Skálmöld va même apporter un peu de relief à son œuvre, offrant un passage atmosphérique montant peu à peu en puissance pour aboutir à un final de toute beauté !

Pour autant, Skálmöld n'arrive toujours pas à retrouver le souffle épique d'un "Kvaðning" ou l'intensité d'un "Hel", faisant de ses deux premiers albums des monuments du genre. Mais alors que certains morceaux s'avèrent plus dispensables que d'autres, ou en tout cas moins inspirés, les Islandais parviennent à nous offrir ici et là un visage qu'on ne leur connaissait pas ! Ainsi, cet album guerrier est empreint de noirceur et bénéficie d'une dimension extrême qui apporte en même temps son lot d'originalité. Et c'est bien de cela que Skálmöld avait besoin sur ce quatrième album ! Afin de ne pas s'essouffler, surtout dans ce registre, il faut savoir se renouveler et les Islandais ont étudié avec savoir-faire et intelligence des pistes tout à fait intéressantes. "Vögguvísur Yggdrasils" ne sera pas encore l'album du siècle, mais il augure à n'en pas douter un avenir radieux pour le groupe qui reste pour moi une véritable référence dans le genre ! Et même s'il est inégal, ce nouvel album est fait avec talent, technique et surtout une honnêteté autant qu'une humilité de chaque instant. Skálmöld fait donc une nouvelle fois souffler un vent de fraîcheur sur la scène viking metal et nous offre une fois n'est pas coutume une véritable leçon de metal, ce qui est bien là l'essentiel, n'est-ce pas ?


Carcharoth
Octobre 2016




"Með Vættum"
Note : 15/20

Après un premier album étonnant de maturité nommé "Baldur", un sympathique "Börn Loka", suite logique de ce formidable galop d'essai, et surtout un magistral album live, symphonique et épique, les Islandais de Skálmöld nous reviennent avec leur troisième album studio : "Með Vættum" !!! Prometteur s'il en est jusque là, le groupe est bien évidemment attendu au tournant... Alors, album de la consécration ou bouteille à la mer (référence à la magnifique pochette qui fait à la part belle à l'élément marin) ??? Réponse au fil de ces quelques lignes...

Fidèle à l'esprit viking et guerrier des Islandais, le premier morceau de ce nouvel album, "Að Vori", nous permet d'entamer cette écoute de manière plutôt énergique !!! Mélodique et entraînant, on retrouve directement la patte du groupe... Et si on rajoute à cela un peu de lourdeur et quelques chœurs, on obtient un morceau de fort belle facture !!! Sans oublier bien sûr les influences heavy toujours aussi présentes, ne seraient-ce que dans le solo du morceau, formidablement exécuté, comme ceux des autres morceaux d'ailleurs... La puissance des lead vocals se combine toujours aussi bien avec les backings écorchés et permet de donner beaucoup de relief à l'ensemble !!! De plus, le son est incroyablement puissant et clair à la fois, donnant au morceau un côté "sévèrement burné" plutôt agréable, tout en nous permettant de nous délecter au mieux de chaque instrument... Bref, une réussite !!!

Le morceau suivant, "Með Fuglum", commence par une intro à la guitare un petit peu longue, mais il va vite s'avérer être plus qu'énergique à l'arrivée de la batterie !!! La base reste toujours mélodique, mais la lourdeur de certains riffs va apporter au morceau un côté guerrier très appréciable... Avec ce genre de morceau, Skálmöld va d'ailleurs perdre son côté un tant soit peu "folk" pour revenir à quelque chose de fondamentalement "metal" !!! Et que dire du riff saccadé accompagné par le chant aussi subtil que puissant du claviériste ??? C'est un véritable moment de bravoure qui permet de passer outre les quelques faiblesses du morceau, comme certains bridges par exemple... Mais comme les Islandais ne font pas dans la demi-mesure, on ne va pas en rester là : un solo bien heavy, un clavier bien médiéval, et hop, on part sur un final en apothéose !!!

"Að Sumri", lui, va nous offrir un moment plus mid-tempo, et peut-être plus émotionnel, bien que bénéficiant d'une lourdeur typiquement guerrière... Mais l'aspect mélodique de ce morceau apporte son lot de mélancolie, à l'image des chœurs visant plus votre esprit que votre chair !!! Voilà qui permet d'apporter à ce nouvel album un peu de variété, et donc de relief... Là encore, la base s'avère plus facilement "metal" que "folk", faisant peut-être ici et là perdre à la musique de Skálmöld son souffle épique, mais c'est finalement pour la bonne santé de mes oreilles de metalhead !!! La fin du morceau mettra d'ailleurs d'accord tous les amateurs de bon heavy metal... A l'image de l'intro du morceau suivant, "Með Drekum", pouvant rappeler le Rotting Christ de "Thy Mighty Contract", excellente et surprenante référence s'il en est !!!

Voilà bien encore un morceau purement et typiquement metal, dont la puissance et la lourdeur se retrouve une nouvelle fois mis en exergue par un chant toujours impeccable et guttural à souhait !!! Heureusement, les chœurs, une nouvelle fois, se rappelleront à notre bon souvenir, ne laissant aucun doute sur le groupe en question... Car si le style a évolué, la patte Skálmöld est toujours parfaitement identifiable !!! Et ce même sur ces saccades savoureuses qui ponctueront le morceau autour de la 3ème minute... Voilà le genre de riff auquel les Islandais ne nous ont pas vraiment habitué, et c'est tant mieux !!! Et vu qu'ils cherchent malgré tout toujours à nous surprendre, c'est sur un superbe riff mélodique que l'on va enchaîner, du genre qui prend aux tripes, et ce pour notre plus grand plaisir !!! Voilà bien un morceau qui est tout sauf plat, à l'image des flots et des montagnes propres au paysage Islandais... Ce morceau d'une grande maturité nous permet même de passer ces 7min30 de manière agréable sans même s'en rendre compte !!!

"Að Hausti" nous offre un retour vers un style plus folk grâce à son main riff, sans oublier la lourdeur guerrière propre à ce nouvel album !!! Le refrain va d'ailleurs se révéler particulièrement imparable... Bref, un morceau simple et efficace qui aère ce "Með Vættum" de fort belle manière !!! Le morceau suivant, du haut de ses 9min43, va nous offrir un Skálmöld plus épique, mêlant haine et nostalgie à la quasi perfection... Ce "Með Jötnum" est une des réussites de l'album !!! Limite "doom" par moments, il permet de poser une atmosphère très riche en ressenti... Et c'est bien une ode, que dis-je, un chant de guerre qui relancera le morceau pour nous offrir un final grandiose, du genre qui ne laisse pas indifférent !!! Les Islandais visent juste et c'est bel et bien en plein cœur qu'il m'ont touché... Bravo !!!

Retour au folk-metal entraînant avec "Að Vetri" et ses riffs redoutables !!! De quoi partir au combat le cœur léger... Et même si ces morceaux sont plus évanescents que certains, ils ont l'intelligence de ne jamais tomber dans le cliché, à l'image de ce magistral riff à 3 guitares !!! Et oui, Maiden n'est jamais vraiment loin... Et avec ces chœurs et ces backing torturés, ce morceau d'apparence simpliste va petit à petit se transformer en chef d’œuvre envoûtant !!! Skálmöld va alors nous tenir en haleine jusqu'à au bout des 9min5 de "Með Griðungum", morceau qui clôturera ce surprenant nouvel album... Ce morceau va avoir l'effet d'un excellent medley, sorte de condensé de tout ce que le groupe avait à nous offrir sur "Með Vættum", ou plutôt bilan mûrement réfléchi nous permettant de nous remettre en mémoire tous les bons moments passés de puis le tout premier riff... Ainsi, c'est le cœur serré que nous laisseront les rivages Islandais, laissant notre âme vagabonder encore un peu au-delà de l'horizon !!!

Malgré ce léger vague à l'âme, le bilan de cette épopée s'avère plus que positif !!! Les deux premiers albums de Skálmöld nous ont révélé l'excellence du groupe, mais la horde Islandaise ne s'est pourtant pas reposée sur ses lauriers... Sur ce nouvel album, ils ont réussi à renouveler leur style tout en conservant de manière très intelligente leur patte si caractéristique !!! Peut-être moins surprenant et moins épique que ses prédécesseurs, ce "Með Vættum" nous offre un autre visage du groupe, plus lourd, plus metal, mais qui parvient sans difficulté aucune à nous tenir en haleine du début à la fin, et ce sans jamais lasser... Apparemment plus léger, ce nouvel album n'oublie pourtant pas de nous faire vibrer, et c'est là toute sa force !!! Ainsi, grâce à leur talent et à leur puissance évocatrice, les Islandais sont en train de décimer la concurrence, fatiguée de sortir le même album à longueur de temps... Bref, il est temps pour Skálmöld de régner sur une scène "folk metal" quelque peu moribonde !!!


Carcharoth
Décembre 2014




"Börn Loka"
Note : 10/20

Après un premier album, "Baldur", Skálmöld sort son nouvel album "Börn Loka" via Napalm Records. Les Islandais incluent un côté épique et symphonique à leur musique folk / viking.

Les deux premiers titres, "Odinn" qui est une intro et "Sleipnir", ne permettent pas une bonne entrée en matière. En effet, bien que la musique soit sympathique, les minutes s'écoulent sans que rien ne se passe vraiment. Heureusement, "Gleipnir" nous emporte enfin dans un folk entraînant et plus inventif. Le tout reste simple mais efficace. Plus lent et froid, "Fenrisulfur" est composé de riffs directs qui rythment bien ce titre. Original et sortant du lot, "Midgardsormur" est une belle surprise, les orchestrations sont bien travaillées et donnent une atmosphère sombre et inquiétante. Le chant est varié entre voix death et voix claire, ce qui enrichit le morceau.

La suite de l'album avec "Narfi", "Hel", "Vali" et "Loki" reste basique et bien trop répétitive. Plusieurs points négatifs nous empêchent d’apprécier cet album, tout d'abord le mix qui est à certains moments brouillon et désagréable. Ensuite les chorus sont bien exécutés mais se ressemblent trop et on a l'impression que le même revient sur chaque titre. Et puis les structures à proprement parler des morceaux manquent cruellement d’âme et de variation !

"Börn Loka" est un album qui manque d'originalité et de vie. Les morceaux ne sont pas mauvais mais rien ne se passe et aucun coup de coeur ne née après l'écoute. L'opus s'écoute péniblement et l'ennuie arrive au tournant.


Nymphadora
Octobre 2012




"Baldur"
Note : 17/20

"Baldur" est le premier album très inspiré des Islandais de Skálmöld. C'est un album concept qui raconte l'histoire tragique du Viking Islandais Baldur : tout commence plutôt bien pour lui puisque c'est une période de paix, il est prospère et il a une femme et des enfants, mais une créature démoniaque s'acharne sur lui, détruisant sa maison et tuant sa famille. Baldur, suivi de deux compagnons, décide alors de se venger, mais il doit payer sa victoire au prix fort.

En ce qui concerne la musique, l'originalité est de mise, et c'est un premier album riche et varié des plus prometteurs. C'est une intro a capella, "Heima", qui ouvre l'opus : un chœur d'enfants succède au chant clair masculin, puis vient un chœur d'hommes. Puis le ton est annoncé dès le premier morceau, "Árás" : un son puissant, épique et très mélodique, des chœurs grandioses et des changements de rythmes interdisant toute monotonie. Souvent, on retrouve une alternance entre passages rapides et agressifs, et des moments de répit , plutôt lents, très mélodiques. Mais tous les morceaux ne reprennent pas systématiquement le même schéma : certains, comme "För" ou "Upprisa" se veulent assez directs et accrocheurs, misant sur la rapidité de jeu et l'énergie, même s'ils comportent aussi des "pauses", tandis que sur "Sorg" par exemple, le rythme est plus lent, avec cependant une intensité réelle, notamment grâce à la guitare et aux chœurs. De la même façon, certains titres, comme "Kvaning" ou "Valhöll" ont un son à connotation très folk, avec notamment la présence de hautbois, alors que d'autres comme "Hefnd" ou "Daudi" adoptent un ton résolument metal, avec hurlements déchirants, solos de guitare techniques et nerveux, et double pédale. Quant à "Draumur", c'est un interlude étrange dont l'atmosphère vire rapidement au cauchemardesque, avec des hurlements d'enfants sur fond de clavier et de chœurs lugubres. L'épopée prend fin sur l'excellent titre éponyme "Baldur" : assez long (10:50 min), il fait la synthèse des atouts de l'album, avec une intro douce et mélancolique de hautbois, des changements de rythme et d'intensité bien placés et un très bon solo de guitare. On retrouve le chant clair et le chœur d'enfants de l'intro, histoire de boucler la boucle, et le morceau s'achève sur des chœurs masculins intenses et puissants. Vient enfin une version raccourcie de "Kvaning".

"Baldur" est donc un premier album très abouti, dont le défaut principal est un chant guttural parfois désagréable à écouter. Mais il n'y a pas de véritable accroc, et Skálmöld pourrait bien devenir un grand nom du viking metal.


Brünhild La Viking
Juin 2011


Conclusion
Le site officiel : www.skalmold.is