Le groupe
Biographie :

Sorcery est un groupe de death metal suédois formé en 1986, reformé depuis 2009, et actuellement composé de : Paul Johansson (guitare / ex-Elit, ex-In Aeternum, ex-Outremer, ex-Acid Queen, ex-Curse), Ola Malmström (chant / ex-Fear My Solitude, ex-Outremer, ex-A.S.S., ex-Acid Queen), John Falk (basse / Devourer, Krypteia, ex-Elit, ex-Panzerschreck, ex-In Aeternum, ex-Radioskugga), Johan Wickholm (guitare / Devourer, Patronymicon, Sordid Flesh, ex-Terminal Function) et Tommy Holmer (batterie / Ghûlheim, Patronymicon, Planet Rain, Rimthurs, Undivine, ex-Necrocide, ex-Zweihander). Sorcery sort premier album, "Bloodchilling Tales", en Août 2011 chez Underground Records, suivi de "Arrival At Six" en Janvier 2013 chez Xtreem Music, de "Garden Of Bones" en Mai 2016, et de "Necessary Excess Of Violence" en Août 2019.

Discographie :

1991 : "Bloodchilling Tales"
2011 : "Unholy Creations" (Compilation)
2013 : "Arrival At Six"
2013 : "Legacy Of Blood" (Compilation)
2016 : "Garden Of Bones"
2019 : "Necessary Excess Of Violence"


La chronique


Dans le genre "j’ai une carrière en dents de scie", Sorcery n’est pas mal du tout. Actif depuis 1987, ce n’est pas rien, le groupe réalise son premier album, "Bloodchilling Tales" en 1991, un des premiers disques à sortir du Sunlight Studio, le temple du death metal krisprolls. Autant dire que Sorcery à sa place dans l’histoire du metal de la mort, c’est juste que Dismember, Entombed ou Tiamat s’en sont mieux sortis au final, en canalisant une agressivité et une rage juvénile extraordinaires. On fait une grosse ellipse dans le temps et on se retrouve en 2013 avec "Arrival At Six", le deuxième full lenght du groupe qui semble avoir profité du revival death à l’ancienne pour se replacer dans la course. Cette seconde jeunesse a relancé la machine, et dans la foulée "Garden Of Bones" s’est pointé en 2016. En 2019, Sorcery nous sert "Necessary Excess Of Violence", témoignage brillant de ce regain d’énergie qui semble persister.

Tout d’abord, il faut saluer l’excellent travail de Juanjo Castellano, illustre illustrateur de pochettes de metal, encore une fois, son travail donne juste envie d’avoir la version en vinyl de l’album pour s’en coller plein les mirettes. En ce qui concerne le contenu musical, rien de neuf, au contraire, que ce soit en termes de son ou d’interprétation, on se prend juste un bon gros death suédois crasseux, rampant et suintant. Chaque riff schlingue la menace à plein nez, il y a cette insécurité qui se transmet par le son, ce truc non palpable qui fait le charme des disques de l’époque, pour le coup, Sorcery sait bien s’y prendre pour nous faire sentir le mal qui plane à chaque riff. Si vous êtes habitués à vous farcir du swedish death-like, vous n’aurez aucun problème pour vous familiariser avec Sorcery. Le truc cool avec "Necessary Excess Of Violence", c’est son côté heavy et, contrairement à bon nombre de formations qui visent vraiment à créer une musique sale et dérangeante, Sorcery propose un death metal plus élancé, basé sur le côté speed de la force, et pas uniquement la lourdeur. Attention, ce n’est pas du happy death pour autant et les penchants mélodiques du groupe restent suffisamment sombres, quant aux guitares, elles utilisent un son tranchant pour une interprétation délicieusement farouche. Le chant, finalement assez thrashy, s’inspire des pionniers et éructe toute sa colère sur un socle rythmique percutant. Certains morceaux se démarquent franchement du reste de l’album, "Death is Near", véritable tube obscur, et ses guitares angoissantes qui dégagent un truc vachement sinistre, ou "Of Blood And Ash", ternaire groovy qui se serait injecté une toute petite dose de stoner dans les veines, impossible de ne pas secouer la caboche. "Illuminate" et son intro à la Carcass, rythmée par la cymbale ride, installe progressivement le truc, qui se mute en death / thrash à tendance américaine. Les riffs en tremolo picking sont légion et pullulent tout au long des 45 minutes du skeud et le groupe privilégie l’approche directe.

Pour ceux qui kiffent le death suédois old school, je pense que cet album mérite le détour. Malgré son âge, Sorcery reste en pleine forme et n’a pas à pâlir face à des formations plus récentes qui ont l’incroyable capacité à intégrer les éléments du passé pour les transcender et perpétrer toute la morbidité et la pression qui constituent le feeling de cette musique incroyable. "Necessary Excess Of Violence" reste un bon disque, pas franchement novateur ni audacieux, on reste sur du bon death, divertissant et coloré. Si vous lorgnez souvent les sorties des labels 20buckspin, Profound Lore Records ou Testimony Records, ce nouveau Sorcery peut vous intéresser !


Trrha'l
Mai 2020


Conclusion
Note : 14,5/20

Le site officiel : www.facebook.com/sorcerydeathmetal