Le groupe
Biographie :

Certains musiciens n'en ont jamais assez. Mark Tremonti fait sans aucun doute partie du lot. Dans le passé, cet artiste pur-sang s'est taillé un joli succès comme guitariste au sein de groupes Creed et Alter Bridge. Non content de s'être imposé comme l'un des guitaristes les plus talentueux de sa génération, Mark a aussi montré qu'il avait d'autres cordes à son arc, vocales en l'occurrence, avec son premier solo "All I Was" (2012). L'album, sorti sous le nom de Tremonti, a cartonné d'emblée et le groupe s'est avéré un canal idéal pour véhiculer un certain nombre d'idées musicales que Mark n'avait pas encore pu exprimer jusque-là. Tremonti joue une musique plus tranchante que Creed et Alter Bridge et le metal sans concession du groupe s'adresse à un autre public. Tremonti présente son deuxième album, "Cauterize", début Juin 2015, suivi de "Dust en Avril 2016. "A Dying Machine" sort en Juin 2018 chez Napalm Records.

Discographie :

2012 : "All I Was"
2015 : "Cauterize"
2016 : "Dust
2018 : "A Dying Machine"


Les chroniques


"A Dying Machine"
Note : 18/20

Quand il délaisse Alter Bridge et ses musiques d’entrée de superstar classée "R", Mark Tremonti fait de la musique. Ou plutôt, lorsqu’il ne se repose pas sur les lauriers passés de Creed, Mark Tremonti fait de la musique. En fait, Mark Tremonti fait surtout du Mark Tremonti avec Tremonti. D’ailleurs, il faut reconnaitre que cela marche plutôt bien puisque Tremonti (le groupe) côtoie presque autant les stages des festivals d’été qu’Alter Bridge. Quoi qu’il en soit, sept ans après sa création, deux après son troisième album "Dust", Tremonti revient avec "A Dying Machine".

Quatrième album du groupe éponyme du gratteux au grammy award, "A Dying Machine" recèle quatorze titres pour se muer en l’album le plus réussi de la formation à ce jour. Loin, très loin du côté indigeste de "Cauterize" en 2015, "A Dying Machine" finit par effacer totalement les dernières erreurs laissées par "Dust" en 2016. Musicalement, "A Dying Machine" est plus aiguisé, notamment au niveau des enchaînements et des refrains qui ont cette fâcheuse tendance à rester implantés dans les oreilles lors des écoutes ("A Lot Like Sin", "Trust", "As The Silence Becomes Me"). Toujours à donner dans un heavy couillu où l’accent est mis largement sur le sous-accordage des guitares et le réglage de leurs potards, Tremonti semble ici plus nerveux, sans toutefois devenir agressif. L’âge y joue certainement son rôle et l’album n’en est que musicalement meilleur ("Throw Them To The Lions", "From The Sky", "Take You With Me"). Lyriquement parlant également, "A Dying Machine" est plus réfléchi que ses prédécesseurs. Ici le guitar-master ou guitar-hero s’interroge sur la condition humaine, le transhumanisme et plus généralement le futur réservé à l’animal "le plus intelligent" que la planète ait connu. Dans sa globalité, on retiendra avec bien plus d’attention des titres tels que "A Dying Machine" ou "Desolation" qui se muent en véritables hymnes des nouvelles setlist de Tremonti. Pour le reste, l’album ne peut être qu’à recommander. Mark Tremonti nous injecte une piqûre de rappel de ce qui se définit comme être son talent. Il sort les riffs et dénote au monde qu’il est le créateur de certains des riffs qui ont fait les années 2000. Alors non, Tremonti (le gugusse) ne se fait pas vieux et non Tremonti (le band-band) n’est pas un phénomène de foire à la Hollywood Vampires pour boucler quelques programmations hasardeuses. Tremonti est un véritable groupe et "A Dying Machine" un excellent album !

Heavydemment, les quatorze titres de ce quatrième album sont bien différents les uns des autres, mais tous se complètent avec brio dans un univers tissé tout au long de l’heure d’écoute. En effet, "A Dying Machine" dure une minute au-delà d’une heure, mais il file à une vitesse et une allure déconcertantes. Pas aussi long qu’il n’y paraît et surtout aussi réussi que son artwork. Oui c’est américain, oui c’est simple et efficace. Mais oui, c’est un bon moment d’écoute !


Rm.RCZ
Novembre 2018




"Cauterize"
Note : 17/20

Tremonti nous présente aujourd’hui son nouvel album intitulé "Cauterize" avec le soutien et le partenariat du label Fret 12. Pour les amateurs de heavy metal pur et dur, "Cauterize" saura les ravir, il faut dire que Mark Tremonti, qui n’est pas un illustre inconnu dans le monde du metal, traîne ses baskets depuis un bail sur les scènes et les routes du monde entier, que cela soit avec Creed ou Alter Bridge.

Pour "Cauterize", Mark Tremonti s’est entouré de musiciens prestigieux : Eric Friedman à la guitare, Wolfgang Van Halen (le fils d’Eddie) à la basse et Garett Whitlock à la batterie. Tout ce petit monde s’est réuni, a branché les instruments et nous distille un heavy metal dans la pure tradition américaine. Malgré le succès, les multiples récompenses, Mark Tremonti n’a en aucun cas chopé la grosse tête et entretient lui aussi la flamme musicale en passionné qu’il est. Mark et ses amis se sont réunis dés 2014 afin d’écrire, comme ils le disent si bien "des tonnes de chansons", mais "Cauterize" en présente 10 pour pas moins de 42 minutes d'un heavy metal à la fois puissant et mélodique. A l’écoute de "Cauterize", on se rend bien compte que le groupe s’est bien amusé mais avait comme objectif la rudesse et le sérieux, à l’image des titres "Radical Change" qui ouvre l’album, le très beau "Dark Trip" où Tremonti ralentit quelque peu le tempo ou le puissant "Tie The Noose". On n'a pas entre nos mains le plus grand album de heavy metal de tous les temps mais Tremonti, comme je le dis souvent, y met beaucoup d’envie et de passion. Il faut dire que la production, signée Michael Baskette (Alter Bridge / Slash) donne une certaine "patate" aux 10 morceaux constituant "Cauterize", on est à la croisée des chemins entre thrash metal et power, une sorte de chaînon manquant du rock, ce qui est loin d’être rebutant pour le fan de metal que je suis et que vous êtes, j’en suis sûr !

Tremonti montre qu’en plus de 20 ans de carrière on peut toujours avoir la passion intacte, "Cauterize" est un album au fond fort plaisant. Si vous avez envie de découvrir un bon petit album, je ne peux que vous encourager à jeter une petit oreille à "Cauterize", les amis. En conclusion, je dirais que sans être toutefois génial, Tremonti, avec "Cauterize", offre à son public, à ses fans (et les autres bien entendu), un album calibré, au cordeau, qui sent bon le metal US, l’énergie et la passion, et ça, çavaut tout l’or du monde.


Vince
Octobre 2015


Conclusion
L'interview : Mark Tremonti

Le site officiel : www.marktremonti.com